LES MATRICES D’ANTIFOULING

DES SYSTEMES DIVERS

Les antifoulings se divisent en deux familles principales, les matrices dures et les érodables (parfois appelés aussi auto-polissants).

LA MATRICE DURE

La première diffuse ses biocides à travers un film poreux dont les restes spongieux s’accrochent à la carène en fin de saison. Le bateau peut atteindre des vitesses élevées (supérieures à 30 nœuds) et s’échouer régulièrement car la surface reste dure.

LA MATRICE ERODABLE

Supportant les émersions longues, les produits érodables sont conçus sur une matrice soluble dont le film disparaît au fil des navigations. Très efficace, car les principes actifs sont exposés en permanence, cette solution est en revanche incompatible avec les vitesses élevées, les échouages réguliers ou les mouillages soumis à de forts courants.

LES MATRICES MIXTES

Il existe enfin des peintures semi-érodables, aux qualités et aux défauts intermédiaires. Ces produits présentent une surface légèrement érodable tout en conservant une structure de base très dure. Les matrices mixtes offrent souvent le meilleur des deux mondes, mais dans des contextes d’utilisation très précis, une matrice dure ou érodable peut être plus adaptéé.

Pour choisir le produit le mieux adapté, il faudra tenir compte de nombreux facteurs comme le type du bateau (moteur ou voile), sa vitesse moyenne, la zone de navigation (eaux chaudes ou froides) le type de l’hivernage, à flot ou à sec, etc.

NE PAS OUBLIER :

– Une bonne préparation est primordiale, un support sale et mal préparé ne vous permettra pas de profiter pleinement de la performance des antifoulings.

– Les quilles en acier doivent être mises à terre et brossées jusqu’a être totalement nettes. Si des zones d’oxydations sont présentes, veuillez recouvrir d’une couche de convertisseur de rouille puis d’un primaire avant d’appliquer un antifouling.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *